Le Groupe de la Banque mondiale prêt à maximiser l’impact du financement climatique au Congo

Le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et du bassin du Congo, en collaboration avec le groupe de la Banque mondiale a organisé le mardi 08 mars 2022, une réunion en visioconférence pour poursuivre les échanges sur la nouvelle initiative du Groupe Banque mondiale qui consiste à aider les pays d’Afrique de l’ouest et centrale, ainsi que le secteur privé à maximiser l’impact du financement climatique, en visant des améliorations mesurables de l’adaptation, de la résilience et des réductions mesurables des émissions des Gaz à Effet de serre (GES).

Présidée par Madame Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre l’Environnement, du Développement Durable et du bassin du Congo, cette réunion est le prolongement des échanges déjà amorcés par M. Siméon Ehui, Directeur Régional pour le Développement Durable du Groupe Banque mondiale, lors de sa visite le 04 mars dernier à Brazzaville. La réunion a eu pour objet les échanges sur les moyens et mécanismes mis en œuvre pour promouvoir le développement vert, résilient et inclusif tout en préservant le capital naturel. La rencontre a été également l’occasion pour le Groupe de la Banque mondiale d’informer l’autorité congolaise sur le plan d’action pour le changement climatique (PACC) et sa déclinaison en région de l’Afrique de l’ouest et centrale.

En effet, le PACC vise à faire progresser les aspects liés au changement climatique avec une approche de développement vert, résilient et inclusif, l’éradication de la pauvreté et la prospérité partagée dans une optique de durabilité. A ce titre, il est d’une importance vitale pour la biodiversité et les services écosystémiques du Congo, parce qu’il offre une opportunité pour financer les projets identifiés dans le cadre de la mise en œuvre de sa Contribution déterminée nationale (CDN). Ce sont de grandes opportunités d’atténuation et d’adaptation pour stimuler le financement climatique et mobiliser les capitaux privés.

Par ailleurs, dans une optique de prioriser les besoins de financement du Congo dans le domaine du changement climatique, le Groupe de la Banque mondiale a envisagé d’envoyer une équipe technique qui mènera d’abord une étude complémentaire. Les résultats de cette étude serviront de base pour planifier les actions et les mesures d’accompagnement.

Aussi sur la base de la politique de planification des Contributions déterminées nationales (CDN) du Congo, le Groupe de la Banque mondiale, à travers son équipe d’étude, identifiera les projets qui cadrent avec sa stratégie de lutte contre les effets du changement climatique.
Abordant le point relatif à la taxe carbone, le Groupe de la Banque mondiale, à travers le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et du bassin du Congo, est disposé à accompagner le Congo dans le renforcement des capacités de ses cadres en matière de maîtrise du prix du carbone.

Enfin, les deux parties ont convenu de poursuivre les échanges au cours d’une prochaine réunion dont la date sera communiquée ultérieurement.

En rappel, le groupe de la Banque mondiale joue un rôle essentiel dans les efforts déployés dans le monde pour mettre fin à l’extrême pauvreté et favoriser une prospérité partagée.

 

Partagez sur :