Les membres du Comité de pilotage du Projet « Renforcement des capacités d’adaptation aux changements climatiques des communautés vulnérables vivant dans le Bassin du Fleuve Congo » valident les documents stratégiques de mise en œuvre du projet

Développement Durable : les membres du Comité de pilotage du Projet « Renforcement des capacités d’adaptation aux changements climatiques des communautés vulnérables vivant dans le Bassin du Fleuve Congo » valident les documents stratégiques de mise en œuvre du projet
Valider les documents stratégiques de mise en œuvre du projet, tel a été l’objectif de la première réunion du comité de pilotage du Projet « Renforcement des capacités d’adaptation aux changements climatiques des communautés vulnérables vivant dans le Bassin du Fleuve Congo » tenu ce vendredi 22 avril 2022, à l’Hôtel PEFACO de Brazzaville. L’ouverture des travaux a été présidée par Madame Arlette SOUDAN- NONAULT, Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du bassin du Congo, en présence de Madame Anne Claire MOUILLIEZ, Représentante du Programme Alimentaire Mondial (PAM) en République du Congo, et de M. Chris MBURU, Coordonnateur résident du système des Nations Unies en République du Congo.
Selon la Représentante du PAM, ce projet est une occasion pour la République du Congo de redynamiser les politiques de mise en œuvre de ses programmes à travers le pays et de renforcer les partenariats visant le déploiement d’actions d’adaptation concrètes pour améliorer les conditions des populations les plus impactées par les changements climatiques. Elle a souligné à propos : «  Notre responsabilité est grande, mais je ne doute pas un seul instant de notre détermination et de notre habileté à faire de ce projet une référence parmi les 7 projets financés par le Fonds d’adaptation bénéficiant de l’appui du PAM sur le continent africain ». La Ministre de l’Environnement a pour sa part déclaré dans son allocution « Nous devons être rigoureux et exhaustifs dans nos travaux pour apprécier toutes les orientations et les appuis nécessaires pour que le projet atteigne les résultats escomptés ».
En tant qu’organe de décision le plus élevé du Projet, le comité de pilotage valide les orientations de la mise en œuvre globale du projet. C’est dans ce cadre que ses membres, après avoir passé au crible les documents stratégiques du projet pendant les travaux, ont procédé à la validation du règlement intérieur. Ils ont en outre pris connaissance sur la structure de gouvernance et le cadre opérationnel du Projet, du plan de travail et des dépenses de la première année. Les membres du comité ont été également sensibilisés sur l’importance et la portée des Accords de partenariats publics avant de procédé à l’examen des résultats de l’Atelier de démarrage.Au terme d’une journée de travaux, les membres du comité de pilotage ont formulé des recommandations dont la principale demeure la révision budgétaire dans le cadre de mise en œuvre des activités du projet. En rappel, le projet vise l’amélioration de la résilience des populations en matière de sécurité alimentaire et de nutrition grâce à des mesures d’adaptation au changement climatique. Il cible particulièrement les populations vulnérables vivant dans les départements de la Bouenza, la Likouala et la Sangha.
Partagez sur :